Actualités & Presse

23 mars 2020

Les solutions de modules hydrauliques E-Module

Actu

« A la fin c’est la qualité et le délai qui priment », cette maxime pourrait servir de base line à l’entreprise qui préfabrique sur son site de Trappes dans les Yvelines (78) la partie hydraulique des installations de chauffage et d’eau chaude sanitaires pour les bâtiments collectifs et tertiaires. Depuis le rachat par Atlantic en 2016. le concept, imaginé dix ans plus tôt par l’installateur plombier et couvreur Hugo Duchassin, désormais Directeur d’Exploitation d’E-Module, a fortement évolué sur tous les items : caractéristiques et compatibilité des modules, choix des matériaux, méthodologie de fabrication et accompagnement des clients en conception et SAV.

Coffre est désormais à maturité. Les process sont optimisés, forts d’un retour d’expérience de 2700 modules déjà installés en Ile-de-France, les arguments – baisse massive des temps de pose. limite des coûts de main d’œuvre, réduction de la pénibilité — bien calés et les équipes d’E-Module pour l’avant-vente et d’Atlantic pour la prescription et le SAV formés. L’entreprise finalise sa métamorphose en marque à part entière et, entend se développer sur tous le territoire, avec l’appui d’une Bimothèque de 150 objets dotés de leurs attributs.
Voici, en complément de l’article sur les ambitions d’E-Module (lettre 1037 p.4), les points clés de sa recette.

La philosophie / Les prérequis

A la différence des rares fabricants qui proposent des solutions complètes de chaufferie en kit se substituant à l’installateur. E-Module se positionne uniquement comme un accompagnateur, l’installateur gardant la main sur le dimensionnement des pompes. la taille des réseaux, le choix et la fourniture des chaudières. ballons. adoucisseurs. échangeurs. accessoires… « Nous partons toujours du schéma hydraulique du client, précise Hugo Duchassin. Le Service Avant-Vente le décortique et effectue le découpage en modules des différentes parties en vérifiant que les choix répondent aux attentes et l’implantation dans le local de la chaufferie. Une fois le chiffrage validé et la commande signée, les modules sont fabriqués et livrés sur le chantier le jour J en même temps que la chaudière et le ballon. si le client a choisi des produits Atlantic. L’installateur réalise l’installation et le raccordement inter-modules et avec les autres composants. Nous proposons, en option. une prestation de mise en service pour la partie hydraulique. »

6 arguments en phase avec les attentes

1. Le gain de temps sur chantier

La préfabrication en atelier permet d’avoir une installation quasiment prête à l’emploi le jour de Einstallation. Les modules sont prêts à raccorder pour un assemblage très rapide (1 h 10 mn comme en témoigne la dernière vidéo sur le site du fabricant). Leur mise à niveau est facilitée avec des pieds réglables et anti-vibratiles. L’étanchéité des jonctions est simplifiée grâce à un système de collier rapide. « Les gains se font sur la technique. l’industrialisation mais aussi le raccordement depuis le passage des joints à brides à des joints à collier PDM très robustes il y a 2 ans. Leur souplesse permet d’absorber les éventuels mauvais équerrages ou variation de sol. »

2. La sécurité

Seul l’assemblage des modules préfabriqués étant à réaliser sur place, la solution offre de meilleures conditions de travail sur chantier et diminue les risques craccidents en supprimant les soudures ou le tronçonnage des tuyaux et le travail en hauteur. Compacts (maximum L 1200 x 1680 x H2000 mm). les modules sont transpalettisables. grutables et faciles à acheminer en sous-sol. A la clé. un temps d’intervention réduit et la diminution du nombre de trajets pour se rendre sur chantier. « Compte tenu de ces améliorations des conditions de travail et de la diminution des risques, nous avons même entamé des démarches pour
essayer de faire baisser la cotisation d’assurance de la SMA-BTP, lié au
taux d’accident du travail du métier.»

3. La qualité éprouvée

Le grand atout de la préfabrication en atelier par rapport au montage chantier. La qualité est constante, les erreurs de montage supprimés, la réglementation et les règles de Cart garanties et Cétanchéité de chaque élément testé avant le conditionnement.

4. La sérénité

Il s’agit d’un atout clé pour Hugo Duchassin. « L’installateur arrive tard sur le chantier ce qui limite les vols et les risques liés à la coactivité avec les autres corps d’états. Le fait de remplacer la gestion des 1500 à 3000 pièces nécessaires à une chaufferie par 5 à 10 modules est aussi une simplification des achats. du devis et de la facturation ce qui aide la relation avec la maîtrise d’ouvrage. Enfin. la solution est une variable d’ajustement pour rattraper le planning en cas de problème ou d’arrêt de travail.» A noter également. le choix de matériaux avec un fort ADN installateurs : acier noir et peint pour la partie chauffage, du cuivre pour la partie sanitaire au lieu de l’inox. afin de ne pas limiter la capacité d’évolution de l’installation et faciliter les soudures. De plus. une fabrication 1000/0 française et le choix d’aucune pièce propriétaire pour que l’installateur trouve tout de suite une solution chez son distributeur.

5. La simplification des projets

La solution apporte une simplification des dimensionnements, une optimisation de l’espace, la fiabilisation du planning et la maîtrise des coûts d’installation et d’entretien. Reste que si elle peut rassurer les acteurs du projet – installateur, bureau d’études, maîtrise d’ouvrage et exploitant, elle oblige de rentrer dans une logique de standardisation des projets. Il s’agit pour E-Module et son client installateur de convaincre la prescription. « Nous avons une gamme de produits standards mais comme elle est modulaire, rempilement de chaque module permet de répondre à 800/0 des schémas hydrauliques en chauffage et sanitaire sur une plage de puissance jusqu’à 1 MW. à partir de laquelle on passe obligatoirement en sur-mesure. On prône d’utiliser la solution en l’état, son intérêt tenant à la logique de rassemblage. Nous avons créé des briques qui permettent de répondre à un maximum de besoin mais elles ne peuvent pas aller dans le détail précis. En cas de problème d’espace ou de bureau d’études très pointilleux sur l’implantation de certains équipements ou le positionnement d’un robinet. nous ne répondons pas. »

6. Le bilan carbone

Peu de transport sur la chaîne crachat – 1000/0 français avec juste un peu d’Italie une consommation gaz optimisée et le recyclage généralisé en usine, peu de déplacement lors de la pose, pas de rebut à gérer et à recycler, pas de carton, ni de palette, juste un film plastique… l’analyse du cycle de vie s’annonce particulièrement favorable. « Nous sommes en train de chiffrer le bilan carbone de l’usine, mais ramené au module il sera clairement bien meilleur que celui de l’installateur et beaucoup plus facile à calculer. »

Marché : le neuf mais aussi la rénovation

E-module s’adresse en priorité aux projets neufs dans la mesure où ses solutions sont très carénées et qu’il est possible de travailler en amont avec les bureaux d’études et la maîtrise d’ouvrage. Cela dit, l’offre est aussi pertinence en rénovation, en permettant de faire des travaux de chauffage sur de très courtes périodes comme entre Noël et le jour de l’an pour un collège par exemple. De plus la forte compacité des modules permet de rentrer dans des espaces très restreints. « Si la rentabilité de la solution est liée au prix de la main d’œuvre très variable selon les régions, les gains se font aussi sur rachat et les coûts induits en transport et même les clients installateurs très contraints sur la partie financière sont passés chez nous, après un chantier test. Nous sommes aussi sur un métier
où la compétence baisse globalement, notamment du fait des départs en retraite et notre solution est un moyen de pallier au manque de personnel qualifié sur la partie montage ou de gagner des parts de marché. »

Les modules hydrauliques

E-Module exploite deux brevets issus de 3 ans de recherche et développement et propose une solution hydraulique globale avec des éléments complémentaires et des accessoires. Tous les modules sont manuportables et bénéficient d’une garantie biennale.

4 modules Chauffage

REM — Remplissage
Ce module de remplissage qui fait la mise en eau du circuit de chauffage inclut : pot d’injection, robinet d’arrosage HA, disconnecteur et compteur et vanne plombée pour vase d’expansion. Compact et facilement stockable par les distributeurs. il est désormais au catalogue Atlantic.

LAC — Liaison arrière des chaudières
Ce module permet le raccordement instantané avec une solution 2 ou 3 piquages selon les températures (pas encore de 4 piquages pour des raisons d’encombrement). une option filtres et manque d’eau. Les version compatibles avec les chaudières Varfree. Condensinox et Varmax (de 70 àl 800 kW) sont aussi au catalogue Atlantic.

FMA – Filtre magnétique
Filtration des eaux de chauffage grâce à un filtre magnétique posé en dérivation avec un circulateur. Jusqu’à 1025 kW et 160 logements. Coque isolante pour diminuer les pertes thermiques et maintenance simple et rapide.

DCH – Distribution chauffage
Contrôle, règle et fait circuler le fluide caloporteur. Il inclut les collecteurs départ et 1 ou 2 retours (version 2 ou 3 piquages), la panoplie de départ chauffage à sélectionner entre le DN25 et DN80, les manchettes circulateurs. Circuits de 20 à 500 kW.
Equipements optionnels : Compteur d’énergie, LC pour passer de 3 à 2 piquages, vanne by-pass pour plancher chauffant, coude à 90°C.

4 modules Eau Chaude Sanitaire

HBP — Hydraulique Ballon primaire
Pour raccordement à un ballon de 500 à 2000 L
Jusqu’à 172 kW d’appoint Le By-pass ballon est intégré
Une version est compatible avec les ballons Atlantic Corsolo et Corprimo jusqu’à 2000 litres.

HPE — Hydraulique Production ECS
Le module est prêt à être raccordé directement sur un échangeur de production ECS à plaques de 31 à 1050 kW, il inclut l’ensemble des collecteurs et la robinetterie associée. Une version est compatible avec les producteurs d’ECS
instantané et semi-instantané Atlantic Rubis.

DSA — Distribution Sanitaire
Conçu pour faciliter la réalisation de la tuyauterie et la pose des équipements d’une panoplie de distribution d’eau chaude sanitaire, il comprend l’ensemble des éléments de fonctionnement et de contrôle. De 1 à 8,5 m3/h en ECS à 20 mm CE/mn. Très technique et complexe, le module intègre en option : mitigeur thermostatique. By-pass ENR, manchette de contrôle EFS, ECS, RECS avec ou
sans by-pass.

PAD — Panoplie Adoucisseur
Ce nouveau module incluant l’ensemble de la robinetterie, il est prêt à raccorder à l’adoucisseur avec un raccordement en phase avec la réglementation en vigueur. Généralement installé après un module DSA, il a pour rôle la distribution d’eau froide adouci.
De à 8,5 m3/h à 20 mm CE/m. vanne de cépage. robinets de prélèvements à bec lisse et flambable.
Et un montage en moins d’1h à une personne.

L’atelier de fabrication

Grâce à un travail sur les approvisionnements et les process, la capacité de production a doublé en 4 ans malgré la difficulté d’automatiser de la petite série. D’une superficie de 1600 m2, (atelier se divise en 3 îlots principaux :
façonnage. montage et finition/contrôle qualité. La production est assurée par 24 opérateurs poly compétents.
« Nous sommes dans une démarche crassemblage par lots avec une forte notion de réactivité et une démarche cramélioration continue, résume Gilles Petit Jean, Responsable de l’atelier. Si le délai de livraison annoncé est de 3 semaines, la moyenne actuelle est plutôt de 15 jours avec du stock pour pallier aux urgences.

Après l’arrivée des matières premières sur deux entrées selon les dimensions – tubes et collecteurs d’un côté, composants de l’autre pour le magasin – les châssis sont réalisés par découpage assemblage des tubes carrés en acier sur une table de soudure avec des gabarits. Une fois réalisée, les châssis sont posés sur des roulettes afin de faciliter leur déplacement. Les tuyauteurs » découpent également les collecteurs et tuyaux des modules aux bonnes dimensions (scie à ruban) et réalisent les raccords et les soudures en faisant les ajustements nécessaires.

Après le passage par la cabine peinture. le montage des modules se fait par îlot.
Les pièces sont disposées dans des bacs avec la nomenclature, les plans et l’appui de classeurs que les opérateurs peuvent consulter si besoin. « Le jeu est d’assembler les sous-ensembles tuyautés et les pièces des composants unitaires puis de les monter sur les châssis, précise Gilles Petit Jean. Les filetages ne sont pas collés mais montés à l’ancienne avec de la filasse pour permettre un démontage en exploitation. » Des choix qui respectent le DTU mais aussi les règles de l’art.

Les modules subissent. ensuite. un test de mise en eau à une pression 5 fois supérieure à celle de service (environ 9/10 bars pendant 10 minutes). Les fuites sont très rares et principalement sur les filasses.

Etape suivante, le calorifugeage des modules. Une opération manuelle avec des épaisseurs différentes de manchons isolants en laine de roche : 30 mm jusqu’au tube de diamètre 60 mm et 40 mm au-delà. Par-dessus, un capotage de protection en PVC est installé.
A noter que les modules peuvent être livrés sans isolation.

Dernières étapes : le contrôle qualité finition avec les retouches de peinture si nécessaire. Puis le montage du servomoteur (pièce à forte valeur ajoutée), une dernière vérification technique (orientation des vannes, positionnement des colliers…), l’installation de l’étiquette avec le numéro de série et de la notice.

Les châssis sont enfin mis sur des pieds anti vibratiles réglables puis emballés
dans un film extensible transparent avant un rangement par commande et l’expédition ou le stockage.

Les évolutions et les produits à venir

L’amélioration des modules existants se fait en continue. à la suite des retours des bureaux d’études et des installateurs. Les dernières évolutions portent sur la liaison arrière de chaudières avec, à la clé, un gain de temps de 30 mn, un module d’adoucisseur plus compact et un départ sanitaire avec différentes options pour s’adapter aux différences de réglementation et d’habitudes de pose selon les régions. La R&D travaille sur les accessoires et réfléchit, après le lancement en début d’année du module bouteille à l’arrière des chaudières Warmax Atlantic, à des produits annexes comme des soupapes de chaudières.

Illustration du savoir-faire d’E-Module : cet accessoire bouteille casse-pression et mélange pour les chaudières de forte puissance (300 kW à I MW). Un produit léger, compact et déjà tout équipé et une forme très particulière pour respecter le standard des dimensions : passer une porte de 700 mm.

Des ambitions nationales pour E-Module

L’activité de chaufferie préfabriquée, lancé il y a 15 ans par l’installateur
francilien Hugo Duchassin, le jour où la moitié de son équipe s’est retrouvée
en arrêt de travail pour cause de grippe, est fin prête pour attaquer le marché
national forte de deux atouts. Le premier est la montée en puissance du « off
site building », c’est à dire l’industrialisation de la construction qui permet de
produire à même prix. voire moins cher en étant plus respectueux de l’environnement et en suppléant à la baisse de la main-d’œuvre qualifiée. Le second est d’avoir rejoint le Groupe Atlantic en 2016, choisi pour ses valeurs familiales, pour bénéficier de son savoir-faire d’industriel, de sa puissance d’achats, de prescription et de communication. Concrètement, E-Module qui
exploite deux brevets, fabrique à Trappes dans les Yvelines des éléments modulaires pour concevoir, installer ou remplacer des installations de chauffage
et d’ECS en tertiaire et collectif avec des puissances de 28 kW à 1 MW.
« Le principe est de partir du schéma hydraulique envoyé par l’installateur et
de le découper en modules. explique Hugo Duchassin, directeur d’exploitation
d’E-Module. Nous ne faisons ni le dimensionnement des pompes ni celui de
la taille des réseaux. Les modules prêts à raccorder sont livrés sur chantier
dans des châssis sur plots antivibratils. L’installateur fait les liaisons grâce à
des colliers à serrage rapide et joints PDM et installe les équipements complémentaires : chaudières, ballons… Les schémas hydrauliques sont 1000/0 compatibles avec la gamme de chaudières et les solutions ECS d’Atlantlic. En op-
tion. nous assurons l’implantation et la mise en service des modules. » Avec 2700 modules installés (4 à 7 modules par chaufferie) de belles références
signés avec des BE reconnus, une Bimothèque del 50 objets avec les attributs
et un site industriel optimisé. l’heure est désormais à la croissance.

Une campagne de communication sur 9 mois

« Notre objectif est de déployer la notoriété de la marque jusqu’ici limitée à la région parisienne, annonce Nathalie Paya. Directrice Marketing Clients d’Atlantic Une campagne de communication va se développer jusqu’en novembre pour valoriser les 5 arguments clés différenciants : gain de temps. sécurité, facilité d’installation, sérénité et gain financier. Du mailing. des brochures, des plv, des vidéos… « Il s’agit d’un objectif prioritaire pour notre équipe de prescription, complète Olivier Krauze. Directeur commercial Atlantic. Nous passons par un réseau de 30 distributeurs partenaires spécialisés avec, en appui le centre de formation de Trappe et ceux des sites Atlantic de Toulouse, Pont-de-Vaux et Aulnay. Nous déployons notre force de frappe et sommes prêts à encaisser la montée en charge des commandes. Si actuellement le marché est à 700/0 celui
du neuf. le remplacement progresse fortement. Tous les modules passent maintenant les portes de 70 cm et nos clients installateurs nous amènent sur les projets de rénovation. »